Les bêtes insatiables

Par députée de l’opposition Madame Alexandra Couzhel

Ce ne sont pas les gens. Ce sont les bêtes insatiables. Combien, si vous auriez vu, combien des blessés, des massacrés y-a-t-il! Quel malheur et quelles souffrances! N’osez pas à dire qu’ils sont fidèles à leur serment. Ils ne connaissent pas tel mot. Ils ne connaissent que les instincts animaux : vouloir tuer et massacrer. Voilà que font les Berkouts. Les policiers ont gardé les blessés aujourd’hui dans la maison des officiers. Les policiers ne permettaient aux Berkout à y entrer. Les gens l’ont entendu, on n’écrit pas de cela. On n’écrit pas que les Berkouts disent entre eux-mêmes qu’ils sont venus à Kiev pour une chasse.

Le seul responsable de tout ce qui s’est passé est Victor Ianoukovitch. Ne croyez à personne, s’il y a quelqu’un qui essaie à vous convaincre du contraire. C’était une provocation bien planée et organisée. Une provocation diabolique, abominable, exécrable en tous ses atroces dont le seul objet était à déclencher la boucherie sanglante. Les gens marchaient paisiblement. Leur seule revendication était le retour de la Constitution de 2004 : limitation des charges du merlin du sang qui exige chaque jour les vies humaines et qui vampirise les destins. Les snipers tirait sur ces gens des toits des maisons, on a jeté les grenades sur eux, on les battait jusqu’à leur mort avec les matraques et armature de fer. Où sont tous ceux qui ont appelé aux actions de force sans cesse tous les jours? Où est le politicien qui appelle à prendre arm de feu et aller au Maidan?

J’ai vu personne avec nous quand nous, avec les femmes députées, tirions les activistes des camionnettes. j’ai vu personne de ceux qui ont reproché les politiciens de l’indécision et répugnance de l’escalade. J’ai vu personne d’eux à côté d’Olga Bogomolets, qui tire le diable par la queue autour les centaines des blessés! Je vais de l’hôpital №17 au centre de brûlés. Là, dans l’hôpital, selon les docteurs, il y a 120 blessés, nombreuses blessures sont graves. Les deux sont morts.

Je ne peux pas résister tout ça, mes larmes m’étouffent. Une personne normale ne pourrait jamais surmonter tous ce qui est devenu le destin des ukrainiens aujourd’hui. Je ne peux pas appeler les hommes au Maidan. Je ne peux que demander les hommes à y venir, étant conscients que tout ce qui se passe là est une menace de péril. Je ne sais pas ce qui va se passer cette nuit. Je sais que l’Ukraine est devenue un pays différente. Elle ne pourra pas être inchangée. 

Advertisements

2 thoughts on “Les bêtes insatiables

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s